Une Eglise riche c'est une Eglise qui vieillit

Homélie du matin

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 1177 clics

« Une Eglise riche et une Eglise sans la gratuité de la louange », c’est une Eglise qui « vieillit », qui devient « une ONG », qui « n’a plus de vie », a souligné le pape François ce 11 juin 2013, lors de la messe qu’il a célébrée en présence de collaborateurs de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Selon Radio Vatican et L’Osservatore Romano, le pape a commenté l’évangile du jour où Jésus envoie ses disciples annoncer la Bonne nouvelle : « Ne vous procurez ni or ni argent, ni petite monnaie pour en garder sur vous » (Mt 10,7-13).

Donner gratuitement

L’annonce doit se faire « avec simplicité », a-t-il constaté, elle doit « laisser place au pouvoir de la Parole de Dieu », et il faut pour cela faire « confiance à la Parole de Dieu ».

Pour le pape, le « mot-clé » des consignes données par Jésus est : « Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement » : « La prédication évangélique naît de la gratuité, de la stupeur du salut » qui est reçu « gratuitement » et doit donc être donné « gratuitement ».

Le pape a décrit deux signes qui montrent qu’un apôtre vit dans cette gratuité : la pauvreté et la capacité de louer.

« L’annonce de l’Evangile doit aller par la route de la pauvreté », a-t-il expliqué, c’est-à-dire que celui qui annonce n’a pas de richesse et ne recherche pas de richesse, il ne cherche pas non plus à « devenir organisateur, entrepreneur » : sa seule richesse est « le don qu’il a reçu, Dieu ».

D’autre part, « quand un apôtre ne vit pas cette gratuité, il perd la capacité de louer le Seigneur », a-t-il estimé. Louer le Seigneur « est essentiellement gratuit, c’est une oraison gratuite », le croyant « ne demande rien, il loue seulement ».

Au contraire, « une Eglise riche et une Eglise sans la gratuité de la louange », c’est une Eglise qui « vieillit », qui devient « une ONG », qui « n’a plus de vie ».

Non au prosélytisme

« C’est comme cela depuis le commencement », a rappelé le pape : « Saint Pierre n’avait pas de compte en banque et quand il a dû payer les impôts le Seigneur l’a envoyé en mer pêcher un poisson et trouver la monnaie à l’intérieur du poisson, pour payer. Philippe, quand il a trouvé le ministre de l’économie de la reine Candace, n’a pas pensé : ‘Ah, bien, faisons une organisation pour soutenir l’Evangile…’ Non ! Il n’a pas fait une ‘affaire’ avec lui: il a annoncé, il a baptisé et il s’en est allé ».

Le royaume de Dieu « est un don gratuit », a insisté le pape, dénonçant  « la tentation de puiser des forces ailleurs », alors que la « force » de l’annonce est « la gratuité de l’Evangile ».

« Dans l’Eglise il y a toujours eu cette tentation », qui fait passer l’annonce pour « du prosélytisme », a-t-il ajouté. Or le Seigneur « a invité à annoncer, pas à faire des prosélytes », ainsi que le disait aussi Benoît XVI: « l’Eglise grandit non par le prosélytisme, mais par attraction ».

Cette attraction vient du témoignage de « ceux qui, dans la gratuité, annoncent la gratuité du salut », a souligné le pape François : « tout est grâce. Tout. » Et si la grâce « est laissée de côté », alors « l’Evangile n’a pas d’efficacité ».

En conclusion, le pape a invité à demander « la grâce de reconnaître cette gratuité, ce don de Dieu » et « d’avancer dans la prédication évangélique avec cette gratuité ».