Une minute pour la Miséricorde, et le monde en sera changé

Le défi de la Miséricorde, 27 avril 2014

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 600 clics

"Que chacun revête le manteau de la miséricorde et le visage du monde en sera renouvelé", garantissent les associations, congrégations, mouvements dédiés à la Miséricorde en France qui proposent ensemble, à l'occasion du prochain dimanche de la Miséricorde, le 27 avril 2014, "une minute" pour la miséricorde, en priant l'invocation "Jésus, j'ai confiance en toi".

En effet, l'Église catholique célèbre ce jour-là, dans le monde entier, la fête de la Miséricorde, et elle partage la joie de la canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II, serviteur et témoin de la Miséricorde.

Associations, congrégations, mouvements dédiés à la Miséricorde, et leurs évêques accompagnateurs, invitent à faire une "pause – miséricorde"! Sous différentes formes: par la lecture de l'Évangile du Dimanche de la Miséricorde proclamé dans le monde entier (Jean 20,19-31), ou en s'arrêtant une minute "en union avec tous les chrétiens remplis de la joie pascale" pour dire la prière enseignée par Jésus à sainte Faustine (25 août 1905-5 octobre 1938): "Jésus, j'ai confiance en toi ".

Et pour s'interroger: "comment habiller la société avec le manteau de la miséricorde?"

Quelques défis à relever: "Le Pape François, comme Jean-Paul II et Benoît XVI, invite, sans cesse, à la Miséricorde. Jésus a besoin du cœur et des mains de l'homme pour transmettre sa miséricorde. Chacun peut: Vivre pleinement la Miséricorde de Dieu pour ne pas seulement survivre sur la terre. Laisser la miséricorde imprégner sa vie, qui guérit tout l'homme et tout homme. Prier et implorer la miséricorde de Dieu pour le monde, vivre la réconciliation. Porter la miséricorde aux autres, au cœur des familles, en particulier aux plus pauvres, aux hommes et femmes qui souffrent ou en situation de fragilité (début et fin de vie…). Témoigner que chaque personne est aimée par la tendresse de Dieu, de façon unique, infinie. Œuvrer pour que une civilisation plus humaine et pleine de miséricorde ! Se réjouir, car le mot miséricorde est un pont entre les religions. Chanter la Miséricorde de Dieu, comme la Vierge Marie, qui proclame : "Sa Miséricorde s'étend d'âge en âge sur tous ceux…" (Lc 1,50)."

C'est en effet le mot "miséricorde" qui traduira désormais l'expression grecque (μνησθῆναι ἐλέους) "il s'est souvenu de sa miséricorde" (actuellement: "il se souvient de son amour"), dans la nouvelle traduction liturgique francophone du Magnificat: une traduction qui a déjà été adoptées par les traditions catholiques d'autres pays, comme en Italie ("misericordia").

"En fixant notre regard sur le Seigneur, en nous mettant en parfaite harmonie avec son cœur de Père, nous devenons capables de regarder nos frères avec des yeux nouveaux, dans une attitude de gratuité, de partage, de générosité et de pardon. Tout cela est miséricorde", disait Jean-Paul II dans l'homélie de la messe de canonisation de sainte Faustine Kowalska, en l'An 2000.

Faustine a pu écrire: "L'amour c'est la fleur, la miséricorde c'est le fruit" (Petit Journal N° 949).

Le Congrès apostolique mondial de la miséricorde aura lieu cet été en Colombie à Bogota, du 14 au 19 août 2014, sur le thème : "Manifeste-toi au monde, Seigneur, à travers ton Eglise, Sacrement de ta Miséricorde!"