Une nuit au Sacré-Coeur de Montmartre, petite retraite au coeur de Paris

Par le recteur de la basilique, le P. Laverton

Paris, (Zenit.org) Anita Bourdin | 779 clics

Une nuit au Sacré-Coeur de Montmartre, c'est comme une petite retraite au cœur de Paris, explique, pour les lecteurs de Zenit, le Père Jean Laverton, recteur de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre. Un entretien dont nous avons publié le premier volet, sur la fin de l’année de la foi, le 22 novembre.

Voici ce second volet, au moment où le pape François vient d’affirmer que les communautés chrétiennes doivent être des "communautés d'adoration". Il en a lui-même donné l'exemple, le 21 novembre, en participant aux vêpres et à l'adoration eucharistique au monastère Saint-Antoine des bénédictines camaldules de Rome.

Zenit – Père Laverton, comment se passe l’adoration de nuit à Montmartre ?

P. Jean Laverton - Chercheurs de Dieu, pèlerins de passage ou fidèles habitués de la Basilique, tous sont invités à prendre part à la grande chaîne d’adoration continue qui a lieu en ce lieu, depuis plus de 125 ans, jour et nuit, pour l’Eglise et le monde. Certains viennent prendre part régulièrement, plusieurs fois par an, à cette belle mission de prière. D’autres viennent plus ponctuellement, à l’occasion de vacances, d’un déplacement professionnel, d’un anniversaire, d’une intention de prière familiale, d’une préparation au  mariage… On peut venir seul, en famille ou en groupe. Pour s’inscrire, il suffit d’appeler (au moins 24h à l’avance) au : + 33 (0)1 53 41 89 03, ou de remplir le formulaire d’inscription en ligne sur le site internet de la Basilique.

L’accueil des personnes inscrites suffisamment à l’avance se fait chaque soir, au 35, rue du Chevalier de la Barre (Paris 18e) entre 20h30 et 21h45. Chacun est alors invité à choisir une heure de prière dans le relais de l’adoration, et reçoit un lieu de repos à la Maison d’accueil de la Basilique (chambre ou dortoir) pour le reste de la nuit.

Une introduction spirituelle est proposée à 21h, suivie de la Messe à 22h. Le matin, les portes de la Basilique sont ouvertes dès 6h, pour ceux qui doivent repartir au travail de bonne heure. Pour ceux qui ont plus de temps, une première Messe est célébrée tous les jours à 7h à la chapelle de la Vierge. Un petit-déjeuner est ensuite proposé à la Maison d’accueil, avant l’Office du matin à 8h.

De cette manière, la nuit d’adoration permet à tous ceux qui le souhaitent de vivre dans une durée assez courte un véritable ressourcement spirituel auprès du Seigneur, comme une petite retraite au cœur de Paris… !

Pouvez-vous revenir sur le sens de cette prière d’adoration ?

L’adoration eucharistique continue est la grâce unique de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre. Jour et nuit depuis le 1eraoût 1885,la Basiliqueprésente à la grande ville et aux hommes du monde entier le Corps sacré du Christ : présence et signe du plus grand amour, donné sans réserve, pour que tous puissent venir y répondre. Il est là, présent, offert, dans le dialogue intérieur de la prière. Il demande notre présence à Sa Présence, pour établir en nous Sa vie.

 L’adoration devrait être le mouvement fondamental de l’homme qui se tourne vers son Créateur, vers son Dieu et Père, source de tous les biens, pour remercier, rendre grâce. Car nous le savons bien : si, souvent, nous profitons des dons que Dieu nous fait, à commencer par le don de la vie, nous ne remontons pas toujours jusqu’au Donateur, en rendant grâce de ce que nous recevons. Et c’est bien cela le grand débat intérieur de notre existence : vivre comme des fils, qui savent d’où ils viennent et où ils vont, qui reçoivent tout de leur Père, qui se tournent en action de grâce vers Lui, ou bien au contraire, en rester aux dons que Dieu nous fait : prendre et profiter des dons en en usant uniquement selon notre bon vouloir, en nous fermant sur nous-mêmes.

Le Seigneur Jésus, Lui, a toujours agi en Fils, en faisant de toute Sa vie une louange, une adoration à Son Père, jusqu’à s’offrir librement dans l’amour sur la Croix. Toute sa vie n’a été qu’ « Eucharistie », action de grâce, adoration. Et c’est cet acte, ce sacrifice d’amour, qui est rendu présent à chaque célébration de la messe. C’est au Christ que nous nous unissons dans l’offrande eucharistique : « Par Lui, avec Lui et en Lui, à Toi Dieu le Père tout puissant dans l’unité du Saint Esprit tout honneur et toute gloire dans les siècles des siècles. ». Puis dans l’adoration, dans le silence de communion, dans le regard porté sur son Corps Sacré, nous continuons à nous unir à Lui. Nous nous unissons à Lui afin de faire de notre vie une offrande au Père, afin de vivre comme Lui en fils : « Ma nourriture (c’est à dire au sens fort, ce qui me fait vivre), c’est de faire la volonté de mon Père. » (Saint Jean 4, 34). Il veut nous conduire vers Son Père, la vie en plénitude, la vie éternelle : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Saint Jean 14, 6).

L’enjeu de ce cœur à cœur avec le Seigneur est donc une profonde attitude de foi, de présence à Dieu, où l’on se tourne vers le Père, où l’on laisse descendre en soi l’attitude filiale s’offrant comme fils dans le Fils unique, prolongeant ainsi dans l’adoration l’acte essentiel du Christ rendu présent à chaque célébration de la messe, puisqu’elle est une Eucharistie, c'est-à-dire une offrande, une action de grâce au Père pour le salut du monde. L’adoration est toujours en lien avec l’acte de la messe qui rend présent le sacrifice de la Croixoù le Christ s’offre dans l’amour. Dans le dialogue intérieur de l’adoration, le croyant se laisse aimer et remet sa vie, et dit aussi son amour pour le Christ ; avec ses pauvretés et ses fragilités, il se confie entre les mains de son Père, afin de pouvoir à son tour se donner dans l’amour : « Ceci est mon corps donné pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » (Saint Luc 22, 19) c'est-à-dire vous célèbrerez l’Eucharistie mais aussi vous vous donnerez dans l’amour : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » (Saint Jean 15, 12)…

 Invitation pour nous à poursuivre cette longue chaîne d’adoration, à venir devant le Seigneur comme des veilleurs, des « sentinelles de l’Eucharistie » qui présentent leurs prières et qui portent aussi en leur cœur les intentions, les souffrances et les joies de cette foule immense de la grande ville qui est là, autour de nous. Venir demeurer auprès du Christ : « Celui qui demeure en moi et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruits. »(Saint Jean 15, 5)…

Nous sommes créés pour l’amour : tout l’amour que notre cœur est fait pour recevoir, tout l’amour que notre cœur est appelé à donner, c’est là la plénitude de notre vocation ; créés à l’image et à la ressemblance de Dieu qui est Amour. C’est pourquoi nous venons demeurer auprès de Lui, avec Lui. Il nous appelle à prendre du temps avec Lui dans la prière, temps pour Le regarder, temps pour L’aimer, temps pour se laisser regarder par Lui, temps pour scruter notre cœur et se laisser aimer par Lui, temps pour devenir plus vivants.

Au milieu de multiples activités et préoccupations, nous venons goûter le silence en particulier de nuit dans la grande Basilique où dans le cœur à cœur, dans notre présence à Sa Présence, nous trouvons Dieu et nous nous retrouvons nous-mêmes. Nous redécouvrons l’Amour qui nous a créés, l’Amour qui nous dit ce qui est vraiment important dans une vie d’homme, ce qu’il est beau et grand de vivre, ce qui nous donne la vraie joie…