Une revue en ligne suit la naissance du premier ordinariat

| 1619 clics

ROME, Jeudi 20 janvier 2011 (ZENIT.org) - Les premières réponses à l'invitation que le pape Benoît XVI a adressée en 2009 aux Anglicans avec la Constitution apostolique Anglicanorum coetibus sont en train de prendre forme.

Jeudi dernier, les anciens évêques anglicans Andrew Burnham, John Broadhurst et Keith Newton sont devenus diacres catholiques et samedi 15 janvier, ils ont été ordonnés prêtres catholiques.

Le Saint-Siège a ainsi créé le premier Ordinariat personnel, une sorte de diocèse sans territoire défini pour les Anglicans d'Angleterre et du pays de Galles. Cet instrument permet à des groupes d'anglicans et de pasteurs anglicans qui le désirent d'être reçus dans la pleine communion avec l'Eglise catholique.

On pense que, après l'ordinariat anglais, d'autres ordinariats seront institués dans le monde pour répondre aux désirs d'autres communautés anglicanes.

Une revue mensuelle en ligne et gratuite suit la naissance du premier ordinariat. Intitulée « The Portal », elle sera publiée au début de chaque mois. Elle est destinée aux membres de l'ordinariat anglais, pour les anglicans qui s'intéressent à cette structure et pour tous les catholiques amis de l'ordinariat.

Elle reçoit le soutien financier de The Catholic League et de Cost of Conscience, et se définit comme « une revue indépendante au service de l'ordinariat ».

Le premier numéro est déjà disponible sur www.portalmag.co.uk/read.html.

La revue, qui contient 12 pages et propose le portrait des nouveaux prêtres Burnham, Broadhurst et Newton et une interview de l'évêque auxiliaire Alan Hopes de Westminster, un ancien prêtre anglican qui est devenu catholique il y a 17 ans et a été chargé de l'organisation de l'ordinariat.

Le père Peter Geldard, aumônier catholique d'une université à Canterbury, écrira un éditorial pour « The Portal » et explique avoir servi dans l'Eglise d'Angleterre pendant 23 ans et avoir travaillé avec le cardinal Basil Hume, ancien archevêque de Westminster, pour rendre possible l'accueil de groupes d'anglicans en pleine communion avec l'Eglise catholique.

Une possibilité qui n'est devenue réalité qu'avec le document de Benoît XVI. Le père Geldard et tous ceux qui ont partagé ses points de vue ont été accueillis individuellement dans l'Eglise catholique.

En évoquant son histoire personnelle dans le processus des relations anglicano-catholiques, le prêtre a défini le début de l'ordinariat comme « l'événement œcuménique le plus enthousiasmant de (sa) vie ».