Union européenne : les conditions d'une sortie de crise

Le diagnostic de Mgr Mamberti

| 1069 clics

ROME, jeudi 14 juin 2012 (ZENIT.org) – La sortie de crise suppose de replacer la personne humaine au centre des préoccupations de l’Europe, avertit Mgr Mamberti qui invite à la confiance, à la solidarité et à la responsabilité.

Le secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les Etats, Mgr Dominique Mamberti, a en effet reçu, lundi 11 juin, les ambassadeurs des pays de l'Union Européenne accrédités près le Saint-Siège, alors que s’achève la présidence danoise de l’Union.

Radio Vatican rapporte que Mgr Mamberti a notamment déclaré : « Le moyen de sortir de la crise, ne peut pas être uniquement fondé sur des solutions techniques, même novatrices, mais doit s’inspirer du cadre européen commun, qui voit dans la figure et les responsabilités de la personne humaine une ressource inestimable ».

« Le développement de l'Europe ne peut ignorer la place centrale de la personne », a insisté le ministre des Affaires étrangères de Benoît XVI.

Il n'est pas question, a-t-il précisé, «d'introduire un principe religieux, mais de reconnaître, comme l'a fait De Gasperi, que« l'origine de cette civilisation européenne est le christianisme ».

« Pour se remettre en marche avec décision, l'Europe doit commencer d'abord par l'Homme, plutôt que par les marchés ou les institutions. Repartir à partir de l’Homme signifie avant tout soutenir la vie et la famille », a ajouté Mgr Mamberti, toujours selon la même source.

Quant à la question politiques, Mgr Mamberti appelle à repenser toute l'architecture européenne en disant : « Une Union Européenne basée uniquement sur les marchés est vouée à l'échec, une Union Européenne qui met l’Homme en son centre est vouée à la réussite ».