Unité des chrétiens : Travailler ensemble pour la paix et la justice

Dialogue théologique entre catholiques et Eglises orientales orthodoxes

| 1538 clics

ROME, Vendredi 28 janvier 2011 (ZENIT.org) - Les chrétiens ont besoin de travailler ensemble à « la cause de la paix et de la justice », déclare Benoît XVI.

Le pape a reçu ce vendredi matin au Vatican les membres de la Commission pour le dialogue théologique entre catholiques et Eglises orientales orthodoxes.

Benoît XVI a encouragé catholiques et orthodoxes à approfondir la connaissance réciproque « en vue de la pleine communion ».

Le pape n'a pas manqué de mentionner les chrétiens qui, aujourd'hui, doivent affronter des épreuves et des difficultés pour témoigner de leur foi dans le Christ : « Beaucoup d'entre vous viennent de régions où les chrétiens - personnes et communautés - doivent affronter des épreuves et des difficultés qui nous causent à tous de sérieuses préoccupations ».

« Tous les chrétiens ont besoin de travailler ensemble en s'acceptant mutuellement et dans la confiance pour servir la cause de la paix et de la justice », a affirmé Benoît XVI.

Il a invoqué l'intercession des martyrs chrétiens : « Puisse l'intercession et l'exemple de beaucoup de martyrs et de saints qui ont témoigné courageusement du Christ dans toutes nos Eglises, vous soutienne et vous fortifie, vous et vos communautés chrétiennes ».

« Je suis reconnaissant, a dit le pape, au travail de la Commission qui a commencé en janvier 2003, en tant qu'initiative commune des autorités ecclésiales de la famille des Eglises orthodoxes orientales et du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens ».

Le pape rappelle que « la première phase du dialogue, de 2003 à 2009, a eu pour résultat le texte commun s'intitulant : « Nature, constitution et mission de l'Eglise ». Il constate que le document souligne les « principes ecclésiologiques fondamentaux » partagés et des sujets qui requièrent une « réflexion plus profonde » dans les phases successives du dialogue.

« Nous ne pouvons qu'être reconnaissant qu'après presque 1500 ans de séparation nous continuions d'être d'accord sur la nature sacramentelle de l'Eglise, sur la succession apostolique dans le service sacerdotal, et le besoin de porter témoignage à l'Evangilede Notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ dans le monde ».

Lors de la seconde phase la Commission a réfléchi, a aussi rappelé le pape, « dans une perspective historique sur les façons dont les Eglises ont exprimé leur communion au long des âges ».

« Au cours de la rencontre de cette semaine, vous êtes en train d'approfondir votre étude de la communion et de la communication qui existait entre les Eglises jusqu'à la moitié du Ve siècle de l'histoire chrétienne, ainsi que le rôle du monachisme dans la vie de l'Eglise primitive », s'est réjoui le pape.

« Nous devons être confiant, a-t-il exhorté, dans le fait que votre réflexion théologique conduira nos Eglises non seulement à nous comprendre mutuellement plus profondément, mais à poursuivre résolument notre voyage décidé vers la pleine communion à laquelle nous sommes appelés par la volonté du Christ ».

« C'est cette intention qui a motivé notre prière commune au cours de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens qui vient de s'achever », a dit Benoît XVI.

Anita S. Bourdin