USA : « 40 Jours pour la Vie », conversion de la directrice d’un avortoir

Bilan de la campagne nationale des 40 Jours : 542 vies sauvées, démission de 8 employés

| 3765 clics

ROME, Vendredi 6 novembre 2009 (ZENIT.org) - Abby Johnson, ancienne directrice d'un centre de Planned Parenthood (Planning familial) au Texas, a quitté l'organisation après avoir vu l'avortement d'un bébé. Elle travaille à présent avec ceux qui ont prié pour sa conversion.



Abby Johnson, 29 ans, travaillait depuis huit ans pour le Planned Parenthood jusqu'au jour où, en septembre dernier, elle a pu voir l'image par ultrason d'un foetus « se recroqueviller » en étant aspiré du ventre de sa mère.

Le 6 octobre, elle quitta la direction du centre de Bryan (Texas). Elle traversa la rue pour rejoindre la Coalition pour la vie, un groupe pro-vie qui participait alors dans d'autres villes des Etats-Unis à la campagne des « 40 jours pour la vie ».

David Bereit, directeur national des « 40 jours pour la vie » a expliqué à ZENIT que, lors de la dernière campagne, qui vient de se terminer, sept autres employés de cliniques pratiquant des avortements ont démissionné, et 542 vies ont été sauvées.

Et « il ne s'agit que des cas dont nous avons connaissance », a-t-il ajouté, résumant les résultats immédiats de la campagne qui a réuni 212 villes dans 25 Etats, cinq provinces canadiennes et le Danemark.

C'est en 2004 que le programme des « 40 jours » a été lancé en face de la clinique de Bryan au Texas, comme une initiative de prière et de jeûne. A ce jour, les militants pro-vie se sont regroupés juste en face du centre de planning familial pendant six campagnes, tenant des vigiles de prières 24 heures sur 24 pour ceux qui défendent et prônent l'avortement.

David Bereit se souvient : « Dès cette première campagne en 2004, nous avons prié pour qu'Abby - et tous les autres employés des avortoirs - finissent par voir ce qu'est vraiment l'avortement et abandonnent cette industrie de la mort.

« Dans ce cas, nos prières ont été exaucées. Nous sommes très fiers d'Abby qui a eu le courage de quitter l'industrie de l'avortement et d'annoncer publiquement les raisons de son départ ».

Il fait remarquer que l'histoire de cette conversion « prouve l'importance d'une présence de prière constante, paisible, en face des installations d'avortement ».

Point de rupture

Abby Johnson, qui passe maintenant dans les émissions de radio et télévision de tout le pays, a expliqué qu'elle avait vécu un « changement du cœur » sur cette question, a rapporté « 40 Jours pour la Vie ».

Elle a expliqué : « Ces derniers mois, j'avais pris conscience d'un changement dans les motivations de l'impact financier des avortements, mais je n'ai vraiment atteint mon point de rupture que le jour où j'ai vu l'image d'un type particulier d'avortement par ultrason ».

« J'ai pensé seulement que je ne pouvais plus continuer ainsi ; cela a été comme un flash », a-t-elle expliqué sur KBTX.com.

Abby Johnson, qui est épiscopalienne, a décrit ce moment comme une « conversion du cœur définitive », une « conversion spirituelle ».

Elle a expliqué aussi que, même si au début elle s'était investie dans le Planned Parenthood parce qu'elle voulait aider les femmes, elle avait commencé à avoir des doutes parce que le Centre changeait de concept d'activité. « L'argent n'était plus destiné à la prévention », a-t-elle affirmé, « l'argent était destiné à l'avortement ».

Abby Johnson a raconté sur FoxNews.com qu'elle recevait en fait des instructions de ses directeurs régionaux pour augmenter le nombre d'avortements, afin d'accroître les profits.

« Chacune de nos réunions » c'était : « Nous n'avons pas assez d'argent, nous n'avons pas assez d'argent - nous devons garder ces avortements à venir », raconte-t-elle. « C'est une affaire très lucrative, c'est pourquoi ils veulent augmenter le nombre des avortements ».

Bien que l'ancien lieu de travail d'Abby Johnson ne pratiquait des avortements que deux jours par mois, le médecin était là tous les jours, et pouvait en effectuer plus de 40.

Maintenant Abby Johnson aide des femmes, mais de l'autre côté de la rue. Elle a commencé à prier avec des volontaires à l'extérieur du Planned Parenthood, pour ceux qui étaient auparavant des collègues.

La puissance de la prière

Le directeur de la Coalition pour la vie, Shawn Carney, a affirmé : « C'est vraiment une preuve de la puissance de la prière, et du courage d'Abby qui a quitté son travail parce qu'elle sentait qu'elle ne pouvait plus le faire en toute bonne conscience.

« Pour tous nos volontaires qui ont prié à l'extérieur de la clinique pour la conversion de ceux qui y travaillent, cela a été une joie d'être témoins du fait que des conversions se produisent réellement ».

Abby n'a toujours pas retrouvé de travail, mais elle collabore étroitement avec Carney et d'autres membres de la coalition.

David Bereit a expliqué à ZENIT que « les "pro-vie" accueillent ces anciens employés des avortoirs avec amour, les bras ouverts ».

Il a indiqué le site web de son organisation, qui a publié sur ses blog des centaines de commentaires de personnes du monde entier exprimant leur soutien à Abby.

Selon David Bereit, même une seule conversion peut avoir des effets d'une très grande portée. Cela « encouragera certainement d'autres villes à organiser de multiples campagnes des « 40 Jours pour la vie », et aussi à développer une présence priante régulière », même en dehors des dates du programme.

Et de poursuivre : « Nous nous sommes engagés à maintenir la pression tant qu'il restera des femmes qui pleurent et des enfants qui meurent ».

Il a déclaré à ZENIT que deux autres campagnes sont prévues en 2010, l'une pendant le Carême, qui débutera le 17 février, et l'autre en automne, du 22 septembre au 31 octobre.

« En outre, a ajouté David Bereit, "40 jours pour la vie" développe activement en ce moment des outils, une formation et des moyens pour éduquer, équiper les pro-vie locaux et leur permettre de se développer et d'accroître l'impact de leurs efforts ».


Sur le Net:

40 Days for Life: http://www.40daysforlife.com/

Coalition for Life: http://www.coalitionforlife.com/

Propos recueillis par Genevieve Pollock

Traduction française : Elisabeth de Lavigne