USA : Un rapport sur la liberté religieuse dans le monde

Le Saint-Siège, promoteur des relations avec l’islam

| 1666 clics

ROME, Mardi 23 novembre 2010 (ZENIT.org) - La liberté religieuse est menacée dans diverses régions du monde, affirme la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, qui a présenté mercredi le Rapport annuel mondial sur la liberté religieuse dans 198 pays.

Le rapport souligne plusieurs initiatives internationales visant à promouvoir la liberté religieuse, ainsi que divers efforts du Vatican : « Le Saint-Siège a eu un rôle de premier plan dans son engagement récent avec l'islam, allant de pair avec un intérêt croissant de la part de divers groupes religieux », souligne-t-il .

Hillary Clinton, en présentant le document, a rappelé l'attentat à la cathédrale syro-catholique de Bagdad, le 31 octobre dernier.

Le document note une détérioration depuis un an de la liberté religieuse en particulier en Afghanistan et en Iran, et met en lumière des évolutions plus contradictoires en Chine et en Indonésie notamment.

La première partie analyse la situation de la liberté religieuse dans 27 nations, notamment en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient, mais incluant également Cuba et le Venezuela.

Cuba

Le panorama de la liberté religieuse dans certains pays indique des abus mais aussi des signes d'amélioration, comme à Cuba où, selon le rapport, « le gouvernement a imposé des restrictions significatives à la liberté religieuse au plan juridique » mais où de nombreux groupes religieux affirment qu'il y a malgré tout des changements positifs

Corée du Nord

Concernant la Corée du Nord, le rapport rappelle « l'arrestation de 23 chrétiens en mai 2010, a Kuwol-dong, Pyongsong City, au seul motif qu'ils appartenaient à une Eglise clandestine, comme rapporté par la presse internationale et des ONG ». Trois d'entre eux ont été exécutés et les autres envoyés dans un camp pour prisonniers politiques à Yoduk.

« On estime entre 150.000 et 200.000, le nombre de détenus dans les camps de rééducation pour prisonniers politiques Kwan li so, certains pour des motifs religieux », poursuit le rapport précisant que « la faim et les tortures sont un lieux commun dans ces prisons ».

Turkménistan

En revanche le rapport souligne des progrès au Turkménistan, où la constitution « garantit la liberté religieuse et un Etat non religieux », mais où le gouvernement, dans les faits, « continue d'imposer des restrictions à la liberté religieuse ».

Un des points positifs relevés dans ce pays par le département d'Etat américain est l'enregistrement de l'Eglise catholique.

Venezuela

Le rapport parle d'une souffrance des chrétiens et des juifs au Venezuela, signalant que les groupes religieux, à l'instar d'autres groupes, qui ont critiqué le gouvernement, ont été objets d'oppressions et d'intimidations.

Plusieurs cas d'expropriation touchant l'Eglise et les communautés évangéliques, sont rapportés, tout comme l'approbation en août 2009, par l'assemblée nationale, d'une loi sur l'instruction qui pourrait interdire l'éducation religieuse durant les heures de classe, même dans les écoles privées ».

Afghanistan

Le rapport du département d'Etat montre que les minorités non musulmanes de ce pays subissent toujours autant de « harcèlement, violence occasionnelle, et discrimination ».

Iran

Le rapport souligne que le gouvernement impose de plus en plus « une atmosphère menaçante » aux minorités religieuses.

Chine

Il est dit que la « hausse de la pratique des religions chinoises traditionnelles » telles que le bouddhisme, « côtoie la répression visant la minorité musulmane ouïghour ».

Indonésie

Le pluralisme a été mis à mal par les attaques d'extrémistes contre des églises chrétiennes, sans que la plupart des auteurs ne soient traduits en justice. Mais le rapport reconnaît que « le gouvernement a aussi accompli des efforts pour développer le dialogue entre les religions ».

Algérie

Des « changements positifs » sont en revanche enregistrés dans le traitement des minorités religieuses en Algérie » où, selon le rapport américain, « en général, la société algérienne tolère les étrangers qui pratiquent d'autres religions que l'islam ».

Il souligne que « la Constitution algérienne prévoit la liberté de croyance et d'opinion et permet aux citoyens de créer des institutions dont les objectifs comprennent la protection des libertés fondamentales du citoyen ».

Le rapport prend acte du fait que « les dirigeants politiques et religieux algériens condamnent publiquement les actes de violence commis au nom de l'islam ».

Europe

Enfin, selon une dépêche de l'AFP rapportée dans la presse internationale, le même rapport a égratigné l'Europe sur le non-respect des libertés religieuses.

« Plusieurs pays européens ont appliqué des restrictions sévères à l'expression religieuse», a critiqué Hillary Clinton. Cette dernière a été appuyée par son adjoint chargé des droits de l'homme, Michael Posner, qui a rappelé l'interdiction d'ériger des minarets en Suisse et le fait que les Pays-Bas envisagent de faire de même.

« Il y a une sensibilité et une tension croissantes en Europe », a-t-il relevé, et il appelle les gouvernements européens à « prendre des mesures pour apaiser cette tension ».