"Vaincre ses ennemis par l'amour"

Homélie du matin

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 1551 clics

« Vaincre ses ennemis par l’amour », c’est la marque du chrétien, a estimé le pape durant la messe de ce 24 mai 2013, mémoire liturgique de la bienheureuse Vierge Marie « Secours des chrétiens ».

Selon Radio Vatican, le pape François s’est arrêté sur deux grâces « propres au chrétien » : « Supporter avec patience » et « vaincre par l’amour ».

Vaincre par l’amour

« On peut vaincre par tant de façons », mais le chrétien doit demander « la grâce de la victoire par l’amour, au moyen de l’amour », a exhorté le pape.

Attitude qui « n’est pas facile », a-t-il constaté : lorsque « des ennemis extérieurs [le] font tant souffrir », il « n’est pas facile de vaincre par l’amour. Il vient l’envie de se venger… ».

Mais la « victoire » réside dans l’amour, qui est « cette douceur que Jésus a enseignée ». Comme le dit l’apôtre Jean « Ce qui nous a fait vaincre le monde, c'est notre foi » (1 Jn 5,4), ainsi « la foi est cette foi en Jésus qui a enseigné l’amour et a enseigné à aimer tous », a expliqué le pape.

La « preuve » que le chrétien est « dans l’amour », c’est lorsqu’il « prie pour [ses] ennemis », a-t-il ajouté : même s’il n’est pas facile de « prier pour ceux qui [le] font souffrir », le chrétien est « vaincu » s’il « ne pardonne pas à [ses] ennemis et ne prie pas pour eux ».

Le vrai sens de supporter

« Supporter avec patience » n’est pas facile non plus, a poursuivi le pape, surtout « lorsqu’arrivent les difficultés de l’extérieur, ou lorsque surviennent les problèmes intérieurs, dans le cœur, dans l’âme ».

Mais « supporter » n’est pas « porter sur soi une difficulté », a-t-il précisé : « Supporter c’est porter la difficulté vers le haut, avec force, pour que la difficulté n'écrase pas ».

« Porter vers le haut avec force : c’est une vertu chrétienne. Saint Paul en parle beaucoup. Supporter. Cela signifie ne pas se laisser vaincre par la difficulté. Cela signifie que le chrétien a la force de ne pas baisser les bras », a souligné le pape.

Il s’agit de ne pas se laisser aller au « découragement » ou à la tentation de « baisser les bras » : « Supporter est une grâce » à « demander dans les difficultés ».

Le beau regard des anciens

Evoquant les « chrétiens tristes, découragés », qui « n’ont pas eu cette grâce de supporter avec patience et vaincre avec amour », le pape a encouragé à « demander cette grâce à la Vierge ».

Mais il s’est aussi arrêté sur toutes les personnes « dont beaucoup de personnes âgées » qui ont su « parcourir cette route » : « il est beau de les regarder : ils ont ce beau regard, ce bonheur serein. Ils ne parlent pas beaucoup, mais ils ont un cœur patient et plein d’amour. Ils savent ce qu’est le pardon aux ennemis, ils savent ce qu’est prier pour les ennemis. Tant de chrétiens sont ainsi », a-t-il conclu.  

Les membres du Conseil pontifical pour les communications sociales, qui ont participé à cette messe, ont publié un tweet enthousiaste en italien, après la célébration : « nous sommes très heureux :)) ».