Vatican II, remède à l'oubli et à la surdité : audience du 10 octobre 2012

Redécouvrir les richesses de l'enseignement du concile pour en vivre

| 1286 clics

ROME, mercredi 10 octobre 2012 (ZENIT.org) – « Dans un monde encore marqué par un oubli de Dieu et une surdité à son égard, le Concile nous rappelle que (…) le Christianisme consiste dans la foi en Dieu qui est amour trinitaire, et dans la rencontre personnelle et communautaire avec le Christ (…). Tout le reste en découle » : le pape a résumé ainsi l’impact du concile Vatican II, que l’Année de la foi invite à connaître et à mettre en œuvre.

Benoît XVI a en effet consacré sa catéchèse du mercredi, ce 10 octobre, place Saint-Pierre, devant quelque 40.000 personnes, à cette « boussole » pour notre temps que constitue le concile Vatican II, selon l’expression de Jean-Paul II reprise par le pape.

Le pape a rappelé que l’année de la Foi, qui sera solennellement ouverte ce jeudi, 11 octobre, 50eanniversaire de l’ouverture de Vatican II, défini par Benoît XVI comme un « événement de lumière qui irradie encore aujourd’hui ».

Il invite les francophones à « redécouvrir les richesses de l’enseignement du Concile Vatican II pour en vivre personnellement" et en communauté.

Synthèse en français de la catéchèse de Benoît XVI :

Chers frères et sœurs,

A la veille de la célébration du cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II, je voudrais rappeler ce matin combien les documents de ce Concile sont pour notre temps une boussole qui permet à l’Église d’avancer en haute mer, au milieu des tempêtes comme sur les flots calmes et tranquilles, pour naviguer en sûreté et arriver au but.

En convoquant ce Concile, le bienheureux Pape Jean XXIII désirait que l’Église réfléchisse sur sa foi, sur les vérités qui la guident. A partir de là, devait être esquissée de façon nouvelle la relation entre l’Église et l’époque moderne, entre le Christianisme et certains éléments essentiels de la pensée moderne, pour présenter à notre monde, qui tend à s’en éloigner, l’exigence de l’Évangile dans toute sa grandeur et sa pureté.

Dans un monde encore marqué par un oubli de Dieu et une surdité à son égard, le Concile nous rappelle que, dans son essence, le Christianisme consiste dans la foi en Dieu qui est amour trinitaire, et dans la rencontre personnelle et communautaire avec le Christ qui oriente et guide notre vie. Tout le reste en découle.

Chers amis, le Concile Vatican II est pour nous un appel vigoureux à redécouvrir chaque jour la beauté de notre foi, à la connaître toujours mieux pour une relation plus intense avec le Seigneur, et à vivre jusqu’au bout notre vocation chrétienne.

Je vous salue cordialement, chers amis francophones, particulièrement les pèlerins de France, du Canada et du Gabon. Je vous invite à redécouvrir les richesses de l’enseignement du Concile Vatican II pour en vivre personnellement et dans vos communautés chrétiennes. Bon pèlerinage à tous!

[Texte original: Français]

© Librairie Editrice du Vatican