Vatican : Recherche sur les cellules souches adultes

Mise au point du P. Lombardi

| 1913 clics


ROME, Lundi 26 avril 2010 (ZENIT.org) - Le père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, a tenu à préciser que la participation du Vatican au projet international de recherche sur les cellules souches adultes n'était pas encore totalement définie.  

Le 23 avril dernier, des médias internationaux avaient en effet annoncé que le Vatican financerait à hauteur de deux millions d'euros une nouvelle recherche sur l'utilisation potentielle de cellules souches adultes dans le traitement de maladies, notamment intestinales. 

Dans une note publiée sur Radio Vatican, le 25 avril, le père Lombardi a évoqué la tenue d'une réunion internationale à l'Institut supérieur de santé dans le but de « lancer les lignes du projet ». Mais « il n'y a pas pour le moment de contributions des institutions impliquées dans l'initiative », a-t-il ajouté. 

Durant cette rencontre, « les institutions et les chercheurs ont signé une lettre d'intention ». Le cardinal Renato Raffaele Martino, présent parmi les participants, a pour sa part assuré de l'attention et de l'engagement de l'Eglise « dans toutes les directions possibles pour soutenir ces recherches où la science est avant tout un instrument au service de l'homme pour préserver sa vie et soulager sa souffrance ». 

Selon le père Lombardi, l'aspect du financement « devra être approfondi ultérieurement ». « Le caractère précis et quantifié d'une telle participation n'a pas encore été défini », a-t-il ajouté. 

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège a enfin tenu à rappeler que « la position de l'Eglise a toujours été contraire à l'utilisation des cellules souches embryonnaires (parce qu'elle comporte une destruction inacceptable de l'embryon humain) », mais qu'elle « a toujours reconnu le caractère licite de la recherche et de l'utilisation de cellules souches prélevées sur des tissus adultes ». « La distinction est fondamentale d'un point de vue éthique », a-t-il insisté.

Marine Soreau