"Vatileaks" : la Secrétairerie d'Etat déplore une récente publication

Le P. Lombardi dément des accusations

| 1231 clics

Anne Kurian

ROME, lundi 23 juillet 2012 (ZENIT.org) – Le P. Lombardi publie un démenti après des accusations publiées par le quotidien italien La Repubblica, au sujet des fuites de documents réservés. La Secrétairerie d’Etat du Vatican déplore également cette publication.

Le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, récuse l’article de La Repubblica de ce 23 juillet 2012, qui reprend un article publié en ligne par le quotidien allemand « Die Welt », le 15 juillet dernier, mettant en cause des membres de la curie.

Le P. Lombardi dénonce « l’évidente partialité et la grave responsabilité » d’accuser des personnes « sans arguments objectifs » : en effet, « le fait d’être entendu par une commission lors d’une enquête ne signifie en aucun cas être suspect », rappelle-t-il.

Il invite à la « prudence », au « respect du secret » de l'instruction, en attendant « la communication des résultats par les instances légitimes, en temps voulu ».

Pour le P. Lombardi, il est « très grave » de jeter la suspicion sur « des personnes dignes de respect, qui ont passé de nombreuses années de service entièrement dédié à la personne du pape ».

Récusant d’autres allégations, le porte-parole du Vatican fait observer que « les lecteurs d’un des quotidiens italiens les plus diffusés mériteraient le respect de la déontologie de l’information ».

La Secrétairerie d’Etat a également publié une note ce 23 juillet, exprimant sa réprobation « ferme et totale » pour ces publications, qui « portent gravement atteinte » aux personnes concernées.

Si les résultats des enquêtes n’ont pas encore été révélées, souligne la même note, « cela ne légitime en aucune façon la diffusion de thèses non fondées et fausses ».

« Cela n’est pas l’information à laquelle le public a droit », conclut la note.