« Venez à la terre de la paix », par le patriarche Gregorios III

Ouverture du synode de l'Eglise grecque-melkite catholique

| 938 clics

Anne Kurian
ROME, lundi 18 juin 2012 (ZENIT.org) – « Venez à la terre de la paix pour faire la paix » : tel est l’appel lancé par le patriarche Gregorios III, prononcé pour l’ouverture du synode de l’Eglise grecque-melkite catholique, rapporte un communiqué du patriarcat.

Le synode s’est ouvert ce lundi 18 juin et se déroulera jusqu’au 23 juin au Liban, à Aïn-Traz, au siège d’été du Patriarcat grec melkite catholique, d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem.

Venez à la terre de la paix

Le patriarche Gregorios III a ouvert les travaux en évoquant « les circonstances douloureuses » du monde arabe, où « le sang coule abondamment », spécialement en Syrie.

Il a lancé à ce sujet un appel aux chefs d’Etat : « La paix dans le Moyen-Orient est votre responsabilité à tous et elle est la clef de votre paix. Venez à la terre de la paix pour faire la paix. »

Pour le patriarche, l’Église « n’apporte aucune solution technique et n’impose aucune solution politique » mais elle répète que « l’humanité n’est pas seule face aux défis du monde » et que « Dieu est présent ». Elle est celle qui « montre où est Dieu » et où est « l’homme véritable ».

L’Eglise est « solidaire » du peuple syrien, a-t-il poursuivi, elle interpelle « avec insistance » les consciences à « se détourner de tout ce qui détruit l’être humain et la nation » et elle réprouve « fortement tous les moyens de violence, de n’importe quel côté ».

S’arrêtant également sur la situation au Liban, le patriarche s’est réjoui de la « Table du Dialogue » à laquelle le Général Michel Sleiman, président de la République, a invité l’Eglise grecque-melkite catholique.

Cette initiative, a-t-il souligné, est « une étape très importante pour calmer l’atmosphère et remplacer le discours politique alarmant par un autre raisonnable et responsable ». Alors que « les conflits internes sont la mort des patries », le patriarche a invité à « privilégier l’esprit de dialogue ».

Le patriarche Gregorios III a souligné la « centralité et l’importance de la cause palestinienne » pour le Moyen-Orient, affirmant que la « solution du conflit israélo-palestinien-arabe », passe par la « reconnaissance de l’Etat palestinien. »

Exemples pour les jeunes

Le patriarche a également détaillé les autres points de l’ordre du jour du synode. Il s’agira d’une part d’avoir le souci des pasteurs, notamment de leur formation, et des vocations sacerdotales.

Le synode travaillera aussi sur « l’œuvre importante, fondamentale et articulaire » à exercer « dans le service et la guidance » de l’Eglise grecque-melkite catholique, dont les capacités sont « géantes » et sont « un bien immense pour toute l’Eglise ».

« Les jeunes générations, a-t-il constaté, ont besoin de bons exemples devant eux, pour rester fidèles à la foi de l’Eglise et au patrimoine de leur communauté ». Or c’est « à travers la fidélité » que croît « l’appartenance », a-t-il insisté, appartenance qui est « soutien pour la fidélité, la foi et le cheminement de foi et spirituel des fidèles ».

Le synode se penchera en outre sur les vocations des chrétiens dans le monde arabe aujourd’hui : « Nous devons spécialement être solidaires avec ce monde arabe, qui est notre monde, dans lequel nous avons nos racines », a estimé le patriarche.

Pour lui, les chrétiens doivent découvrir « qu’ils sont les fils de la Résurrection » et que « leur résurrection est leur obligation de se solidariser avec les réalités, les problèmes de leurs patries, de leurs terres, de leurs peuples et concitoyens ».

En ce sens, a-t-il précisé, ils doivent « contribuer à la résurrection de leur société, bien qu’ils y représentent le petit troupeau », car « le troupeau est petit, mais son action est grande » et il est « pour le grand troupeau ».

Le patriarche a soulevé par ailleurs la nécessité de préparer la visite de Benoit XVI au Liban (septembre 2012). Benoît XVI signera d’ailleurs son exhortation apostolique au patriarcat, le 14 septembre.

Le synode se penchera enfin sur la participation de l’Eglise grecque-melkite catholique au prochain synode des évêques au Vatican sur le thème de la Nouvelle évangélisation pour la transmission de
la foi chrétienne (du 7 au 24 octobre 2012).