Venezuela : appel à "bloquer la violence" des groupes civils

Message des évêques au gouvernement

Rome, (Zenit.org) Rédaction | 335 clics

« L’usage de la force est réservé par la loi aux corps de sécurité de l’État. Ces derniers ont pour mission exclusive de bloquer la violence provoquée par certaines personnes », rappellent les évêques de l’archidiocèse de Caracas, capitale du Venezuela.

Le cardinal archevêque Jorge Urosa Savino et ses évêques auxiliaires ont en effet adressé un message au gouvernement, rapporté par l'agence vaticane Fides.

Fides précise que « la situation d’insécurité généralisée a provoqué des actes de vandalisme et des saccages dans différentes villes du pays ainsi que la naissance de groupes civils violents et armés qui, sous le prétexte de bloquer les manifestations citadines, génèrent panique et violence ».

Les évêques estiment que l’implication de ces groupes – qui ne sont ni punis ni poursuivis par la justice – « outre à être illégale, est extrêmement dangereuse et menace de donner encore plus de force aux protestations de citoyens ».

Ils expriment leur préoccupation face à l’escalade de la violence qu’a connu le pays ces derniers jours : « L’usage de la force est réservé par la loi aux corps de sécurité de l’État. Ces derniers ont pour mission exclusive de bloquer la violence provoquée par certaines personnes. »

Les évêques demandent aux autorités de garantir le droit à la contestation et surtout d’écouter ceux qui se plaignent de l’insécurité et du manque de produits alimentaires de base.

En conclusion, ils invitent le gouvernement et l’opposition à la « sérénité » et tous les citoyens à « promouvoir l’harmonie afin d’éviter des actes violents qui violent l’ordre public et mettent en danger la vie des citoyens ».

Le 14 février dernier, la conférence épiscopale du Venezuela a lancé un appel à mettre fin à la violence : « Nous sommes tous impliqués pour le bien du pays et nous devons tous résoudre les principaux problèmes, comme l’insécurité, et travailler pour tout ce qui touche à la qualité de la vie » (cf. Zenit du 18 février 2014).

Le pape François a également appelé à la fin des violences, à la "réconciliation nationale" par le "pardon" et un "dialogue sincère, respectueux de la vérité et de la justice", lors de l'audience générale du mercredi 26 février (cf. Zenit du 26 février 2014).

Pour le président de la conférence épiscopale, Mgr Diego Padron Sanchez, les citoyens du Venezuela vivent « un moment de grande tristesse et d’angoisse » et souhaitent que le monde « se rende compte de leur souffrance » (cf. Zenit du 26 février 2014).