Vie consacrée : « Attendre, accueillir, aimer et servir Jésus Epoux »

Trois consacrées dans l'Ordo virginum du diocèse du Pape

Rome, (Zenit.org) Marianna Russo | 1282 clics

« Par votre vie, montrez-nous comment l’Eglise doit attendre, accueillir, aimer et servir Jésus Epoux » : telle est l’invitation que Mgr Giuseppe Marciante, évêque auxiliaire de Rome et délégué diocésain pour l’Ordo virginum, a adressée, dimanche 20 janvier, aux trois nouvelles consacrées qui ont exprimé leur propos de chasteté parfaite à la suite du Christ.

Carmelina Corbo, Maria Lucia Piemontese e Gabriella Bertolini : trois histoires différentes qui révèlent la beauté du visage de l’Eglise épouse, prête à aller à la rencontre du Seigneur la lampe allumée, comme l’a fait le cortège des quarante-trois vierges consacrées romaines dans la cathédrale bondée de Saint-Jean-du-Latran.

Aujourd’hui encore, comme au temps des apôtres, il est possible de choisir le Seigneur « par-dessus tout », comme le dit l’ancienne prière de la consécration des vierges, joyau de la liturgie remontant au Vème siècle, et pourtant si actuel.

Il ne s’agit pas d’un renoncement mais d’un choix « sponsal » et « maternel » ainsi que l’expriment les signes confiés aux futures consacrées pendant la célébration : le voile et l’alliance, symboles typiquement nuptiaux, et le livre de la liturgie des heures, qui souligne le dialogue incessant de la vierge épouse avec le Christ époux « comme une louange éternelle et une vivante intercession pour le salut du monde » (du rite de consécration).

Les consacrées de l’Ordo virginum des différents diocèses vivent et travaillent dans le monde, engagées dans les activités professionnelles, sociales et pastorales les plus variées, en fonction des aptitudes et des charismes de chacune, parce qu’ « on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire, où elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison » (Mt 5, 15).

Traduction d'Hélène Ginabat