Vietnam : Réveil du conflit entre les autorités et une paroisse de Hanoi

Un « Appel des pasteurs à la prière »

| 1189 clics

ROME, mardi 25 octobre 2011 (ZENIT.org) – A Hanoi, Eglises d’Asie, l’agence des Missions étrangères de Paris,  signale un « réveil du conflit entre les autorités municipales et la paroisse rédemptoriste de Thai Ha ». Les pasteurs appellent à la prière.

Dépêche de « Eglises d’Asie »

La paroisse de Thai Ha est de nouveau entrée en conflit ouvert avec les autorités municipales de la capitale. Au début de l’année 2008 (1), peu après l’organisation de manifestations de prière dans le quartier de l’archevêché de Hanoi pour récupérer une propriété abritant autrefois la Délégation apostolique, les fidèles de cette paroisse avaient, eux aussi, tenté de recouvrer par des moyens pacifiques un terrain spolié par l’Etat. L’affaire s’était terminée par la transformation brutale des lieux contestés en jardin public et par un procès qui avait condamné huit fidèles à des peines de prison. Une récente décision de l’administration municipale vient de faire repartir la contestation et de réveiller les anciennes revendications.


Un long texte, publié le 17 octobre 2011, intitulé « Appel des pasteurs à la prière » (2) résume ce nouveau développement du conflit et le situe dans un contexte plus général. Après avoir rappelé comment l’Etat avait prétendument  « emprunté », sans jamais les rendre, un terrain et des constructions dont les rédemptoristes étaient propriétaires depuis 1928, les auteurs de l’article rapportent les événements les plus récents.

Le 7 octobre dernier, le curé de la paroisse, convoqué au siège du quartier de Quang Trung (arrondissement de Dong Da), apprend que, sur le terrain appartenant à la congrégation, va être construite une station de traitement des eaux usées de l’hôpital de Dông Da. Avertis de la décision, une cinquantaine de paroissiens vient manifester sur ces lieux. Le curé de la paroisse adresse alors une lettre au Comité populaire de l’arrondissement, lui demandant de renoncer immédiatement au projet de construction de la station de traitement des eaux et de restituer la totalité de la propriété à la congrégation. Le 11 octobre, le directeur de l’hôpital accompagné d’une délégation vient à la paroisse où il défend son projet devant les prêtres et une centaine de fidèles. Il lui est répondu que la paroisse attend la restitution de l’intégralité de ces propriétés et, que pendant ce temps-là, elle ne peut accepter aucune construction nouvelle. La paroisse expose à la délégation l’ensemble des motifs qui justifient la restitution de la propriété. La délégation de l’hôpital, après avoir refusé de signer le procès-verbal de la réunion, dressé par le représentant de la paroisse, appose cependant sa signature sur un autre compte rendu consignant ce refus de signature. Trois jours plus tard, le 14 octobre 2010, seize prêtres du doyenné viennent concélébrer dans la paroisse pour manifester leur communion.

Le 15 octobre, une lettre du supérieur provincial des rédemptoristes du Vietnam, envoyée à tous les membres de la congrégation, vient renforcer la résolution de la paroisse. Le supérieur y affirme : « L’ensemble du couvent des rédemptoristes de Thai Ha est l’héritage de nos ancêtres, non seulement un héritage matériel, mais aussi un précieux legs spirituel (…). Il est le berceau où la génération de nos frères aînés a vu le jour et a grandi. » Une seule solution est concevable pour la communauté de Thai Ha, conclut la lettre du provincial : « Que soit abandonné le projet de construction de la station de traitement des eaux et que la propriété soit restituée aux rédemptoristes de Hanoi. »

Avant de préciser ainsi les derniers développements de ce conflit, cet « appel des pasteurs à la prière » avait pris soin de replacer l’affaire dans le contexte de la campagne des responsables de l’Eglise pour la récupération des propriétés spoliées, une campagne menée surtout au cours des quatre dernières années. Est ainsi rappelée la tentative du cardinal archevêque de Saigon, Jean-Baptiste Pham Minh Mân, pour récupérer l’ancienne maison régionale des Missions Etrangères de Paris au 11 rue Nguyên Du, à Saigon, en décembre 2007, tentative qui s’est soldée par un échec. Dans la lettre (3) envoyée aux fidèles à cette occasion, le cardinal avait appelé à la prière. C’est à la même époque, le 15 décembre 2007 (4), que l’archevêque de Hanoi invitait les catholiques à venir prier auprès de l’ancienne Délégation apostolique, alors récemment transformée en parking d’un grand magasin voisin. Comme on le sait, aucune concession ne fut consentie par le gouvernement vietnamien qui, en fin de compte, par un coup de force inattendu, transforma la propriété en jardin public.

Le texte a rappelé aussi que la Conférence épiscopale du Vietnam, lors de l’affaire de la Délégation apostolique de Hanoi, avait émis des principes généraux grâce auxquels ce type de problèmes aurait pu être réglé (5). A cette époque, les évêques avaient publié un communiqué intitulé « Point de vue de la Conférence épiscopale » où étaient énoncés certains principes permettant de régler sans violence ces questions de propriété. Les évêques demandaient, entre autres choses, une révision profonde de la loi sur les terres et le rétablissement du droit de propriété privée. Enfin, « l’appel des passeurs à la prière » rappelle qu’il existe une doctrine sociale de l’Eglise qui serait d’une grande utilité pour régler ses problèmes.
Notes

(1) On trouvera le premier article sur la paroisse de Thai Ha dans EDA 477.
(2) Le texte a été mis enligne le 17 octobre 2011 sur : http://vietcatholic.net/News/Html/93398.htm
(3) Voir EDA 477
(4) Voir EDA 476
(5) Voir ‘Pour approfondir’ dans  EDA 492

© Les dépêches d'Eglises d'Asie peuvent être reproduites, intégralement comme partiellement, à la seule condition de citer la source.