Vietnam : un jeune catholique en résidence surveillée

Il revient chez lui après 30 mois de prison

Rome, (Zenit.org) Rédaction | 492 clics

Le jeune catholique vietnamien Chu Manh Son, prisonnier de conscience, a été libéré du centre pénitencier de Phu Son, dans la province de Thai Nguyên, où il était détenu et il a regagné son domicile, dans l'après-midi de dimanche dernier, 2 février 2014, annonce « Eglises d’Asie », l’agence des Missions étrangères de Paris.

Chu Manh Son a purgé la peine de 30 mois de prison qui lui avait été infligée pour "propagande contre l’Etat".

Il a été accueilli par une foule "nombreuse et émue" : des membres de sa famille, des catholiques de sa paroisse de Duc Lân, dans le diocèse de Vinh (province du Nghê An), et de nombreux catholiques de toute la province.

Chu Manh Son, 25 ans, suivait, avant son arrestation, les cours de l’Institut d’études médicales du Nghê An, et il était engagé dans le Mouvement Jean-Paul II pour la vie. Il était aussi engagé dans la lutte pour la justice et la vérité : les autorités civiles y ont vu de la « propagande antigouvernementale ».

C’est l’un des 17 jeunes catholiques du diocèse de Vinh et de Thanh Hoa, arrêtés par des agents de la Sécurité publique, illégalement et sans mandat, entre fin juillet et décembre 2011.

Lui-même avait été arrêté le 3 août. Lors du procès en appel du 26 septembre 2012, le tribunal lui avait infligé une peine de 30 mois de prison assortie d’un an de résidence surveillée.

Selon l’acte d’accusation du Parquet populaire, Chu Manh Son aurait participé à un mouvement « préconisant le boycott des élections » à l’Assemblée nationale, que les opposants dénonçaient comme une « comédie mise en scène par le Parti communiste ».

Pendant l’année de résidence surveillée il sera soumis à un certain nombre de contraintes auprès des autorités policières.