Vincent Romano, bienheureux curé de paroisse

On ne peut accepter cette charge ni pour l'honneur, ni par intérêt

| 723 clics

Franz Le Guen

ROME, jeudi 20 décembre 2012 (Zenit.org) – Le martyrologe romain invite à faire mémoire ce 20 décembre d’un saint curé de paroisse : le bienheureux Vincent Romano (1751-1831), que l'on a pu comparer à saint Jean-Marie Vianney.

Sa vie semble en effet avoir été la vie normale d'un curé de paroisse: il fut curé pendant trente ans, non loin du grand port de Naples. Pourtant, il avouait: "J'aurais préféré mourir plutôt que de me charger de ce poids si dangereux du soin des âmes. On ne peut accepter cette charge ni pour l'honneur, ni par intérêt ou pour tout autre motif, mais seulement pour obéir à la volonté de Dieu".

Il était né au pied du Vésuve, à Torre del Greco. C'est là qu'il revint exercer son ministère après son ordination sacerdotale, en 1775.

Il exerça plusieurs ministère avant d'être curé, de 1799 à 1831, année de sa mort, le 20 décembre. Sa devise ? "Faire le bien".

Il mettait toute son ardeur à éduquer les enfants et à s’occuper des besoins des ouvriers et des pêcheurs, notamment les pêcheurs de corail. 

Et il nourrissait son apostolat par une vie spirituelle intense qui lui permettait de surmonter les difficultés, énormes, de sa mission.

Il a été béatifié par le pape Paul VI, le 17 novembre 1963, à Rome.