Violences contre les femmes : Francophonie, radios rurales et griots mobilisés

| 612 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 25 novembre 2004 (ZENIT.org) – L'Agence intergouvernementale de la Francophonie a mobilisé les “radios rurales” et les “griots” pour lutter contre les violences faites aux femmes dès le 21 septembre dernier : une initiative qui prend son sens en ce jour pour l’élimination de la violence dont les femmes sont victimes et à la veille du sommet de la francophonie de Ouagadougou.



Dans le monde, 20% des femmes subissent des abus physiques, et la violence domestique est la principale cause de mort ou d’invalidité grave chez les femmes entre 16 et 44 ans.

Le site de l’agence pour la francophonie (agence.francophonie.org) indique en effet qu’une “centaine de griots/griottes - musiciens poètes dépositaires de la tradition orale en Afrique – ressortissants de dix pays francophones d’Afrique de l’ouest” (Bénin, Burkina-Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Mauritanie, Sénégal, Togo) se sont retrouvés à Ouagadougou, du 27 septembre au 3 octobre, à l’invitation de l’Agence de la Francophonie, “pour débattre des pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des filles telles que les mariages précoces, le gavage des jeunes pubères et surtout l’excision”.

“L’Agence, indique un communiqué, entend les mobiliser pour lutter contre ces pratiques et conjuguer leurs efforts avec ceux des services publics et les médias de proximité pour favoriser la promotion des droits des femmes notamment par l’alphabétisation, la scolarisation ou le maintien des petites filles à l’école”.

Ce sont plus de 150 personnes qui ont ainsi participé au “Forum des communicateurs traditionnels d’Afrique de l’Ouest sur les violences faites aux femmes” : griots, représentants des ministères chargés de la promotion des femmes, journalistes des radios rurales et ONG actives dans le domaine.

L’objectif était de “sensibiliser les détenteurs de la tradition, qui bénéficient de l’écoute et de la confiance des populations, aux droits des femmes et de les amener à s’impliquer dans les campagnes pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes, en particulier les mutilations génitales féminines”.

Le programme a notamment donné lieu à des exposés de médecins et d’animateurs d’ONG, des argumentaires portant sur la religion, les fausses croyances, l’impact psychologique, économique et social de pratiques traditionnelles néfastes, telle l’excision.

Le réseau des radios rurales mis en place par l’Agence de la Francophonie dans ces pays est partenaire pour mener des campagnes d’information et de sensibilisation sur les violences faites aux femmes et pour porter la parole des griots. Un atelier de production d’émissions est prévu, à la suite de ce forum, pour les journalistes des radios rurales.

“Le Forum des communicateurs traditionnels d’Afrique de l’Ouest sur les violences faites aux femmes” fait partie des multiples événements organisés par l’Agence de la Francophonie au Burkina Faso, dans la perspective du Xe Sommet de la Francophonie qui se tient les 26 et 27 novembre 2004 à Ouagadougou sur le thème “La Francophonie, espace solidaire pour un développement durable.