Visite à Brescia : Paroles de Benoît XVI à l’angélus

La doctrine mariale de Vatican II et de Paul VI

| 2183 clics

ROME, Dimanche 8 novembre 2009 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le texte de l'intervention du pape Benoît XVI avant la prière de l'Angélus, ce dimanche, au terme de la messe présidée à Brescia, place Paul VI, sous une pluie de novembre qui n'a pas empêché la foule d'être au rendez-vous.

AVANT L'ANGELUS

Au terme de cette célébration solennelle, je remercie cordialement ceux qui ont pris soin de l'animation liturgique et ceux qui, de différentes façons, ont collaboré à la préparation et à la réalisation de ma visite pastorale ici, à Brescia. Merci à tous ! Je salue aussi ceux qui nous suivent à la radio et à la télévision, et depuis la place Saint-Pierre, spécialement les nombreux bénévoles de l'Union nationale « Pro Loco » d'Italie. A cette heure de l'angélus, je désire rappeler la profonde dévotion que le Serviteur de Dieu Giovanni Battista Montini nourrissait pour la Vierge Marie. Il a célébré sa première messe au sanctuaire de Santa Maria delle Grazie (Notre Dame des Grâces, ndlr), cœur marial de votre ville, pas très loin de cette place. De cette façon, il a placé son sacerdoce sous la protection maternelle de la Mère de Jésus, et ce lien l'a accompagné toute sa vie.

Au fur et à mesure que ses responsabilités ecclésiales augmentaient, il mûrissait une vision toujours plus ample et organique du rapport entre la bienheureuse Vierge Marie et le mystère de l'Eglise. Dans cette perspective, le Discours de clôture de la troisième période du concile Vatican II, le 21 novembre 1964, reste mémorable. La constitution sur l'Eglise, Lumen Gentium, qui - ce sont les paroles de Paul VI - «  a comme sommet et couronnement tout un chapitre consacré à la Vierge Marie », a été promulguée lors de cette session. Le pape a fait remarquer qu'il s'agissait de la synthèse de doctrine mariale la plus ample jamais élaborée par un concile œcuménique, en vue de « manifester le visage de la sainte Eglise, à laquelle Marie est intimement liée » (Enchiridion Vaticanum, Bologna 1979, p. [185], nn. 300-302). C'est dans ce contexte qu'il a proclamé la très sainte Vierge Marie « Mère de l'Eglise » (cf. ibid., n. 306), en soulignant, avec une vive sensibilité œcuménique, que « la dévotion à Marie (...) est un moyen essentiellement ordonné à l'orientation des âmes vers le Christ et à leur union au Père, dans l'amour de l'Esprit Saint » (ibid., n. 315).

En faisant écho aux paroles de Paul VI, nous prions nous aussi aujourd'hui : « O Vierge Marie, Mère de l'Eglise, nous te recommandons cette Eglise de Brescia, et toute la population de cette région. Souviens-toi de tous tes enfants ; présente leurs prières à Dieu ; garde leur foi solide ; fortifie leur espérance ; augmente leur charité. Ô clémente, ô pieuse, ô douce Vierge Marie (cf. ibid., nn. 317.320.325).

© Copyright 2009 : Librairie Editrice du Vatican