Visite surprise du pape aux religieuses contemplatives du Vatican

Les carmélites étaient en train de dîner lorsque la sonnette du couvent a retenti…

| 985 clics

CITE DU VATICAN, mardi 2 mars 2004 (ZENIT.org) - Le 11 février dernier, en la fête de Notre Dame de Lourdes, également Journée des malades, les religieuses habitant dans le monastère de clôture "Mater Ecclesiae", situé dans les jardins du Vatican ont reçu une visite surprise du pape Jean-Paul II.



Le monastère "Mater Ecclesiae" du Vatican fut fondé par Jean-Paul II en 1994. Les religieuses ont pour mission de prier pour le pape et la curie romaine. La communauté change tous les cinq ans. Les premières religieuses étaient des clarisses. Depuis 1999 ce sont des religieuses carmélites qui habitent le monastère.

"La Communité se retrouve au réfectoire pour le dîner... Tout à coup, une sonnerie prolongée et insistante à la sonnette de l’entrée nous fait sursauter: que peut-il bien nous arriver? A cette heure, certainement quelque chose de grave...un accident, un incendie?" racontent les sœurs dans un communiqué publié hier dans le site de l'Ordre des Carmes Déchaux (cf. http://www.ocd.pcn.net/index_fr.htm).

Mais non, "C’est le Saint-Père! Ouvrez la porte tout de suite!" entendent-elles tout à coup, à leur plus grande surprise.

"La Mère Prieure revient vite au monastère pour y prendre les clés, tandis que les Soeurs allument toutes les lumières…. Et le Saint-Père attendait patiemment devant la grille fermée", racontent-elles. Le pape était accompagné de Mgr Stanislaw Dziwisz et de Mgr Mieczyslaw.

"Une fois la grille ouverte, la voiture papale peut entrer, bien éclairée. Et nous voyons le Pape souriant, qui nous salue et nous bénit, tout en nous regardant d’un air heureux et satisfait, conscient de nous avoir surprises par cette arrivée improvisée", poursuit le communiqué.

"A tour de rôle, toutes les Soeurs s’approchent alors du Saint-Père; chacune peut lui dire une parole et recevoir une bénédiction particulière. Et chacune reste frappée par le regard pénétrant du Saint-Père qui semble la scruter jusqu’au fond du cœur", racontent-elles.

Puis, "tandis que nous chantons avec émotion le Tota Pulchra, la voiture se remet en marche. Nous la suivons jusqu’à la grille, heureuses de voir le Pape s’éloigner en nous bénissant. Le Pape s’en va, mais nous restons, nous, avec le coeur tout plein de reconnaissance et de joie", poursuivent-elles.

"Et ce n’est pas fini... racontent-elles encore, voici qu’au bout d’une demi-heure, tandis que nous sommes dans notre salle de récréation, un nouvel appel se fait entendre à la porte. C’est une grande boîte de chocolats qui nous arrive tout droit des Appartements pontificaux, avec une tarte succulente, accompagnant un grand tableau avec un bas-relief en cire du buste de Ste Thérèse-Bénédicte de la Croix, ainsi qu’un magnifique cierge que nous faisons brûler immédiatement aux pieds de la T.S.Vierge".