XIXe assemblée de l'Académie pontificale pour la vie

Foi et vie humaine

Rome, (Zenit.org) | 1151 clics

La XIXe assemblée générale de l’Académie pontificale pour la vie a eu lieu au Vatican, du 21 au 23 février 2013, sur le thème “Foi et vie humaine”.  

Cette rencontre avait pour objectif, rapporte Radio Vatican, de mettre en évidence les fondements doctrinaux du concept chrétien de vie humaine, afin de témoigner du message chrétien sur la vie humaine aujourd’hui, dans les diverses réalités médicales, sociales.

Mgr Gerhard Ludwig Muller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, est intervenu en s'appuyant sur des documents du magistère, tels la constitution pastorale Gaudium et Spes et l’instruction Dignitas Personae de son dicastère.

Il a fait observer que le domaine de la science était actuellement « un secteur où non seulement Dieu est dégradé » mais qui déplace la personne humaine « du centre à une périphérie de mécanique ». Le cardinal a rappelé, en citant Vatican II, que Dieu est l’unique véritable mesure de l’homme et que sa volonté est l'unique source de devoir moral.

Mgr Ignacio Carrasco de Paula, président de l’Académie pontificale pour la vie, est également intervenu sur le thème : "La sacralité de la personne comme garantie ultime du statut éthique de l’être humain".

« Benoît XVI, dans son magistère, a beaucoup insisté sur le problème d’une société qui écarte Dieu » et qui « ôte l’homme de la centralité », rappelle-t-il au micro de Radio Vatican.

Le président de l’Académie se refuse pourtant à expliquer le phénomène de manière simpliste: « pour trouver les raisons, il faut beaucoup de temps, sous peine de dire seulement des banalités ».

S’il diagnostique aujourd’hui une « rébellion » dans l’humanité, il voit aussi « tant d’autres éléments ». Mgr Carrasco de Paula invite donc à ne pas « tout mélanger » : « il y a d’un côté le phénomène dominé et contrôlé par certains, comme par exemple le monde des mass media, et de l’autre côté le monde réel ».

Deux mondes « qui ne coïncident pas toujours », fait-il observer : « l’homme a quelque chose de plus ».

En outre, pour Mgr Carrasco de Paula, science et foi « peuvent s’accorder de fait » : « très souvent ceux qui ne s’entendent pas sont les scientifiques et les croyants. Entre foi et science il n’y a pas d’opposition qui ne puisse se dépasser », conclut-il.