XVIe JMJ: Le pape appelle les jeunes à opérer une vraie "révolution"

Rencontre de l´évêque de Rome avec les jeunes, Place Saint-Pierre

| 130 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 6 avril 2001 (ZENIT.org) - Le pape Jean-Paul II a exhorté les jeunes à devenir les acteurs d´une vraie "révolution" à la fois "culturelle", "spirituelle" et "pacifique", et à refuser de suivre qui spécule sur leurs émotions et présentent comme des valeurs des "choix immoraux".



Ils étaient environ quarante mille. Les jeunes du diocèse de Rome, mais aussi tous les jeunes déjà présents à Rome pour Pâques, et en particulier la délégation de 47 Canadiens, invités d´honneur, avaient rendez-vous hier après-midi, Place Saint-Pierre, avec l´évêque de Rome. Ils préparent la XVIe JMJ, diocésaine cette année.

Ils ont vécu un de ces moments de fête et de prière dont les JMJ ont inventé le ton. Et les rues de la Ville éternelle ont retrouvé en cette saison pascale quelque chose de l´heureux chaos et du recueillement des grands événements jubilaires. La pluie du matin avait nettoyé le ciel, redevenu d´un bleu intense. Les banderoles multicolores s´y balançaient nonchalamment tandis que la parole de Jean-Paul II était vigoureuse, comme ils l´aiment.

Il les appelle "à une révolution culturelle et spirituelle, une révolution pacifique", par laquelle ils seront capables de rendre témoignage au Christ et d´apporter l´Evangile "dans les circuits de la vie".

Il se définissait lui-même comme "un pape qui a 80 ans, mais qui a le cœur jeune". Et d´exhorter les jeunes en expliquant pour eux les points saillants de sa Lettre apostolique "Au début du nouveau millénaire": "Aller au large signifie refuser ce qui vous est offert de négatif et mettre votre créativité et votre enthousiasme au service du Christ".

"Ne suivez pas qui spécule sur votre émotivité, ceux qui au lieu de stimuler votre conscience critique, tendent à exalter le manque de scrupules et à présenter comme valeurs des choix immoraux", insistait-il.

"Avancer au large pour aller où? La réponse est claire, disait Jean-Paul II: pour aller à la rencontre de l´homme, mystère insondable; pour aller vers tous les hommes, océan sans confins".

Mais la clef de cette évangélisation est la contemplation du visage du Christ: "Revenir aux sources de la foi et à la prière, insistait Jean-Paul II, ne signifie pas se réfugier dans un vague sentimentalisme religieux, mais s´arrêter plutôt à contempler le visage du Christ, condition indispensable pour pouvoir le refléter ensuite dans la vie".

Le pape s´adressait aux jeunes en leur conférant un titre de noblesse qui est aussi une mission de veilleur: "Très chers jeunes de Rome, sentinelles du matin, en cette aube du troisième millénaire…".

Evoquant le souvenir de Tor Vergata, il remarquait: "Aujourd´hui, nous concluons la seconde phase du laboratoire de la foi qui a commencé à Tor Vergata". Il leur renouvelait son invitation à "aller au large", pour "la croissance de la communion et de la conscience d´être une partie vivante de l´Eglise".

Il confiait, en soulignant l´importance des contacts personnels: "Dans mon ministère, je ne me suis jamais lassé de rencontrer les personnes". Il soulignait "l´importance de l´Eglise missionnaire capable de parler aux peuples et surtout capable d´arriver au cœur de l´homme".

Mais le pape nommait aussi les obstacles à l´évangélisation: recherche avant tout de l´avoir, du plaisir, de l´égoïsme. Il rappelait, pour les surmonter, le rôle fondamental des éducateurs et avant tout des familles, en tant que "communautés authentiques, laboratoires de la foi, et de la fidélité dans l´amour".

La pastorale à l´école a aussi un rôle capital, ajoutait le pape, mais aussi dans la vie de tous les jours au service des marginaux et des personnes en difficulté.

Comme modèle, le pape n´a pas manqué de citer le bienheureux Pier Giorgio Frassati dont on célèbre aujourd´hui le 100e anniversaire (1901-2001). Le pape l´a naguère présenté aux jeunes comme "l´homme des huit béatitudes". Pier Giorgio, jeune étudiant ingénieur, alpiniste chevronné, un compagnon joyeux, un partisan de l´Europe de la paix, était aussi un adorateur de l´Eucharistie (des nuits en adoration) et un serviteur des pauvres, au sein d´une conférence saint Vincent de Paul. L´Avvenire, L´Osservatore Romano et Radio Vatican ont tous salué l´anniversaire.