« Youcat », un « miracle » pour parler aux jeunes d’aujourd’hui

Éditorial du père Federico Lombardi pour Octava Dies

| 2078 clics

ROME, Lundi 18 avril 2011 (ZENIT.org) - Un « beau miracle » dont le but est de continuer à faire parler Jésus aux jeunes d'aujourd'hui. C'est ainsi que le père Federico Lombardi définit le petit livre jaune «  Youcat », qui résume le Catéchisme de l'Eglise catholique de 2007 et que les jeunes trouveront dans leurs sacs à dos lors de la prochaine Journée mondiale des jeunes à Madrid. 

Dans son éditorial pour Octava Dies, le bulletin hebdomadaire du Centre de télévision du Vatican, le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, explique que le « grand catéchisme de l'Eglise catholique, voulu par Jean-Paul II et élaboré sous la conduite du cardinal Ratzinger, était déjà un ‘miracle', car peu de gens croyaient qu'il aurait été possible d'arriver à une formulation commune, unitaire, systématique et générale de notre foi, à une époque comme la nôtre marquée par une évolution très rapide des mentalités et des langages, par une variété et une fragmentation culturelle explosive ».

C'est « un miracle d'unité de foi sur les chemins ardus de l'histoire, ajoute-t-il, un miracle d'une force centripète qui attire vers le Christ malgré les innombrables forces centrifuges en action pour nous égarer dans les abîmes du monde ».

« Et cette unique foi, explique-t-il, doit être dite dans un langage capable d'arriver à l'esprit et au cœur des jeunes d'aujourd'hui. Elle doit s'articuler en réponses aux questions que ces derniers se posent chaque jour ».

« Étudier le grand catéchisme avec les jeunes, ensemble, en communauté, insiste le père Lombardi, est une nécessité, et pour qu'ils en comprennent la richesse, il faut que celui-ci soit réécrit dans des 'mots accessibles', accessibles également à leurs camarades, leurs amies et amis, remplis eux aussi de questions et d'attentes ».

« Il faut traduire le livre de la foi pour que Jésus Christ parle, aujourd'hui encore, aux jeunes, et pas seulement aux jeunes d'un pays, mais de tant de pays différents, qui ont en commun pas seulement les musiques et leurs façons de s'habiller, mais également les interrogations décisives de toujours ».

« Quelle merveilleuse aventure! Quelle initiative très courageuse ! Youcat ne naît pas parfait, mais c'est un beau miracle que nous avons en main, conclut le père Lombardi. Nous devons l'améliorer et le faire grandir ensemble, au rythme des nouvelles générations, avec cette passion de l'unité de la foi qui réponde à leur désir profond de communauté et d'espérance. Bonne route Youcat, pour montrer aux jeunes la route du bonheur ! ».